vers à citer



 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Louis Guillaume

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Louis Guillaume   Lun 4 Jan - 21:20

Louis Guillaume naît à Paris le 18 décembre 1907. Le 25 décembre 1907 il arrive à Bréhat. Jusqu’en 1914 il vit dans cette île bretonne la plus heureuse partie de son enfance chez sa grand-mère maternelle : le souvenir de cette enfance perdue est la première source de sa poésie.

Jeune instituteur (Créteil) puis professeur de lettres (Charenton) et directeur de collège (Paris) il publie son premier recueil dès 1928 : « Sônes d’Armor ». D’un premier mariage naît en 1931 son fils Yves. En 1935, il rencontre Marthe qui devint sa compagne et son inspiratrice. Il commence alors son JOURNAL (entièrement inédit : 47 cahiers) qu’il tient régulièrement, sans un jour d’interruption, jusqu’à sa mort.

Il fait la connaissance de Max Jacob avec qui il échangera une longue et importante correspondance . La lecture de « L’âme romantique et le rêve » par Albert Béguin en 1937, puis celle des livres de Gaston Bachelard à partir de 1940, marquent des dates décisives pour son évolution poétique.

Non violent, le soldat Louis Guillaume est pendant la guerre, infirmier à bord d’un train sanitaire ; cette approche avec la mort lui dicte des pages émouvantes de son journal .Il ne publie que très peu pendant l’occupation. Il poursuit sa carrière d’enseignant. En 1942 il devient professeur de Lettres, et en 1948 il est nommé directeur de collège dans le quatrième arrondissement de Paris (dans le Marais, Cloître des Billettes), poste qu’il occupera jusqu’à sa retraite en décembre 1962.

Il se retire à Biarritz, se consacrant entièrement à son œuvre qui atteint alors toute son ampleur. Un abondant courrier maintient un contact régulier avec de nombreux amis. Accueillant à tous, et particulièrement aux jeunes, il prodigue sans compter son temps et ses conseils.
Du 1er janvier au 30 juin 1966, il vit l’extraordinaire aventure poétique et spirituelle dont son recueil AGENDA constitue le journal. (3ème édition 1996).

Il disparaît à l’aube du jour de Noël 1971, laissant une œuvre - parue ou à paraître - dont le retentissement ne cesse de croître, comme l’attestent déjà de nombreux colloques, études, expositions, traductions, projections, émissions, etc.


NOIR COMME LA MER

Tout ce que je ne puis te dire
à cause de tant de murs,
tout cela qui s’accumule
autour de nous dans la nuit,
il faudra bien que tu l’entendes
lorsqu’il ne restera de moi
que moi-même à tes yeux caché.
Tout ce que je ne puis te dire
et que tu repousses dans l’ombre
à force de trop désirer,
cet amour noir comme la mer
où venaient mourir les étoiles
et ce sillage de lumière
que je suivais sur ton visage,
tout ce qu’autrefois nous taisions
mais qui criait dans le silence,
tout ce que je n’ai pu te dire
le sauras-tu sur l’autre bord
quand nous dormirons bouche à bouche
dans l’éternité sans paroles ?


et mon préféré:
LA VITRE
Est-ce toi qui vient appuyer ton visage à la vitre de mes rêves ? Je ne t'ai pas perdue et pourtant je te cherche dans les ruelles obscures où mes pas d'enfant luisent comme un collier, et près de cette église en ruines que je n'ai rencontrée nulle part de ce côté-ci de la vie et qu'il nous faut visiter sur la pointe des pieds.
Je sais qu'elle est si évidente, cette clarté de notre amour, que nous n'osons la regarder en face. Pourtant, tu es là Je le sens à ce cri qui me déchire ainsi que celui d'une morte. Tu es là. C'est pour toi que je retiens une place dans un interminable train, près des voyageurs que baigne l'étrange lueur du sommeil. C'est pour toi que le train s'en va, nous emportant, me laissant seul sur une passerelle, au milieu d'une ville étagée dans la nuit.
Toute ma vie, je t'aurai tenue à mon côté, immobile et absente, te parlant en silence, je t'aurai contemplée sans te voir. Toute ma vie. Mais c'est toi, c'est bien toi qui t'approches de la vitre de mes rêves. J'aperçois ton visage en te tournant le dos, et j'envoie pour nous dans les flammes ces mots que tu n'entendras pas, ces paroles que tu me souffles.



liens vers cet auteur:
http://www.louis-guillaume.com/spip.php?page=sommaire
http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Guillaume

4 poèmes dits par Louis Guillaume en écoute ici:
http://www.louis-guillaume.com/spip.php?article33
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis Guillaume   Dim 17 Jan - 10:22

merci pour tes infos qui aprés toi en donnera ?

nan
Revenir en haut Aller en bas
 
Louis Guillaume
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean-louis Guillaume
» Enorme ecu Louis XIV
» [Musso, Guillaume] La Fille de Papier
» LOUIS XIII LE JUSTE (14/05/1610-14/05/1643) Denier tournois de Navarre - 1635
» Louis Noir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
vers à citer :: Poésies d'ailleurs :: Auteurs ... de long en large.-
Sauter vers: