vers à citer



 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Nocturnes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pluie



Nombre de messages : 105
Age : 41
Date d'inscription : 12/02/2012

MessageSujet: Nocturnes   Dim 12 Fév - 16:19

1

Nuit : une lune de pailles ;
et la mort est loin,
ma nièce, mon neveu,
petites salamandres,
lutins du sorgho,
mais elle nous regarde,
impartiale,
avec sa bouche d’yeux froids,
comme un tigre friand de lectures
au derrière
du paravent de la forêt,
comme une dame murène, espiègle,
épiant les colorés lambins
au salon de son rocher,
et pour l’heure – ne faudrait-il pas dire grain,
miette,
ou copeau – elle est à d’autres tricots,
d’autres tarots,
et nous garde étrangers
à l’éternel refrain de sa comptine.

Dormez, dormez encore, cheveux d’anges,
et nez de confiseries,
avec vos moues de flan à la vanille,
avec vos allures de noix de cajou ;
il est si tôt…et si tard.

Le moment est perdu, entre ici,
et quelque part…

2

Il est tant à dire, à fouir,
et si peu de linges à poèmes :

Le feu, la mer, l’amour, la fleur et le vent,
toi, toi, et toi encore,
et la tristesse à fond de cale car la joie,
me semble-t-il,
est une chalande silencieuse
qui chérit de se dénuder, d’offrir ses baisers,
dans le secret d’un chalet
aux rideaux aimablement tirés.

La joie, le quiet,
de l’intime…un dîner aux chandelles,
murmures de gourmet, un ru délicat.

Poètes, chanteuses,
d’âges en âges,
épurent la même eau
accostant au port de l’émoi et de l’envol
par des marées, des milles,
des « oh hisse ! » et des « hardi ! »
changeants de voilures,
de proues,
de nœuds et cordées,
peignent leurs légendes en la même taverne
mais au seul vin de leurs lèvres.

J’ai peu de voix, de verre ;
toi,
tu es chanterelles,
et pierres de lave.

Pourtant l’encre je lève ;
si souvent rune le papier :

Quelle étrange et brûlante volonté…

3

Vivre,
arpenter l’horloge,
est manège tant cruel.

Le rossignol,
la pensée du tangara,
parfois trots bien funèbres,
pleines outres de drames
qui rongent,
rognent jusqu’au fil même de l’herbe.

Faut-il vraiment,
me demande un loup coiffé de fièvres,
mi-barde et mi-sot,
fou, certainement,
lové là au creux du ventre,
qu’il soit si ardu, sans fers, d’élever le chaume
vers la lande où l’aigle porte le colis de la lumière ?

4

Il neige…

Les funérailles de l’écharpe,
celle des pastels,
du pigment,
et la terre même
n’en finit plus
de pousser son dernier soupir.

Il neige…

La rengaine de l’absence :

L’étourneau sifflote aux tilleuls,
en des prés éloignés,
et le batara,
le grisin,
embaument le bois serpent,
et la liqueur de l’hibiscus abreuve,
du fleuve,
l’âme de muscade,
la mangue fait le jus,
et le beurre,
le piment,
et je souffre de n’y être,
de ne pas flâner le marché
dans l’exquis pot-pourri des langues,
de ne pas toucher,
au fusain de mes doigts,
le fil de la mauve aurore,
et la rosée du varan.

Il neige…

Les étals,
éventaires,
en cet ici,
ne présentent que gel et givre,
et bien mal aimables sont les bouches,
les mains,
recluses dans leurs douleurs d’usine,
et l’océan de jade : où est son chant,
sa lyre,
sa rumeur de fracas apaisant ?

Il neige…

Et peut-être que je ne sais voir,
affublé de mes pupilles crevées,
égaré sous ce traître manteau,
et voleur,
sournoisement livide.

Et où es-tu,
toi ?

Ma princière,
sirène de la sylve,
et des bosquets,
fée du thé,
du flamboyant,
sœur des écumes,
ma conteuse aux passereaux !

Il neige…

Les jours m’ont forcé à l’exil,
et je prie le revenir de la nuit
en ton lit de pierres fines,
tes élixirs d’ipomées,
d’un cœur qui en perd haleine.

Je sirote mes saisons
à ton vivre de papillons.

Il neige…et je pleure,
je m’épands en flocons.

5

Les livres me passent entre les paumes,
et je mange,
je bois,
ces mots que d’autres ont écrit et qui,
ô arcanes,
et sortilèges,
me coulent en dedans comme si mon visage
était brassé au parmi des miroirs.

La nuit passe…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nocturnes   Dim 12 Fév - 21:56

Une nuit telle un grand jeu de miroirs ... des reflets qui se reflètent ... mi-apprivoisés à l'invite d'une curieuse nuit.
Bienvenue poète !



Revenir en haut Aller en bas
Elfée
Admin
avatar

Nombre de messages : 1612
Age : 55
Date d'inscription : 29/08/2007

MessageSujet: Re: Nocturnes   Lun 13 Fév - 11:53

J'ai lu et relu pour en trouver toutes les saveurs et il me semble que j'en ai encore à découvrir... en relisant encore. Le style est tellement nouveau et déroutant qu'il faut s'y habituer... mais hummm, je pense y prendre goût...!!!!!

Revenir en haut Aller en bas
http://versaciter.forum-actif.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nocturnes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nocturnes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aide sur des photos nocturnes
» LE CERCLE DES IMMORTELS - DARK HUNTERS (Tome 08) PECHES NOCTURNES de Sherrilyn Kenyon
» Photos nocturnes - Conseils et techniques, échange d'informations
» [ Christine Feehan ] GhostWalkers, tome 3 : Jeux nocturnes
» NOCTURNES, CINQ NOUVELLES DE MUSIQUE AU CREPUSCULE de Kazuo Ishiguro

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
vers à citer :: Vers et Prose :: Poèmes de forme libre, classique ou néo-classique-
Sauter vers: