vers à citer



 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La peste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
delvaux



Nombre de messages : 219
Age : 83
Date d'inscription : 30/11/2011

MessageSujet: La peste   Lun 27 Fév - 14:45

La peste cette horrible puanteur
Que répandent les tyrans sur les peuples soulevés
Quand ils veulent les abattre
Cette horreur
Qui me tient insomniaque
Je l’appelle Damas
Athènes Tripoli Shanghai Santiago du Chili
Ces plus violents poèmes qui chantent sous le sang
Les chants des libertés

Les fleuves n’existent pas
Ni les parfums ou les mots recherchés pour en dire les effluves
Je suis de ces poètes
Qui voudraient avancer la poitrine nue offerte
Aux balles des fusils tenus par les snipers

Gavroche chante dans nos vies
Autant que Néruda, Hikmet Maïa avec Lorca
Je n’ai de souvenances que d’ultimes combats
Et l’amour de leurs cris me donne cet espoir
Qu’il faut communiquer

Je ne vis pas de noir mais de ciels éclatants
Je n’entends par moments
Que les mots d’une muse qui dévêtue dressée
Sur le mur d’un arc de triomphe
Me dit qu’un peuple s’il veut se libérer
Ne peut aux sifflements des balles
N’offrir que ses douleurs et la couleur du sang
Qui tracent son histoire

Ecriras-tu enfin un poème autrement

Je l’écrirai bien mieux si j’avais le talent
Mais les noms de mes villes
De Tunis jusqu’au Caire de Dakar à l’Afrique du sud
Du Mexique jusqu’ailleurs
Sont des poèmes qui demeurent présents
Je ne peux dans ce temps oublier vos courages
Les fleuves n’existent pas en cherchant leurs courants
Pour louer les images
Il n’existe que des fleuves de rages
Dans l’horrible puanteur
Qu’il faut tarir enfin pour donner la clarté
En tuant le tyran


Dernière édition par delvaux le Mer 29 Fév - 7:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
pluie



Nombre de messages : 105
Age : 41
Date d'inscription : 12/02/2012

MessageSujet: Re: La peste   Lun 27 Fév - 15:33

"Il y a toujours un con pour faire la révolution, bien assis, au chaud, dans son salon, et toiser la misère, les poches bien pleines, avec de jolies paroles mais, bien sûr, c'est pas lui qui la fait, la guerre"...parole d'un chilien qui lui, l'a connu, le régime de Pinochet, dîtes avec le sourire et glanées au bord d'un fleuve.

Et les mères qui défilent, le vendredi, Place de Mai, à Buenos-Aires, qui demandent justice et de connaître la vérité sur la disparition de leurs fils et de leurs filles, elles sont devant, au dehors, ne se cachent et brandissent des sourires.

Il m'est aisé de critiquer la politique israélienne à 20000 km de Ghaza, ou de la Chine, et de parler "tyrannie" en brassant du vent et sans y avoir mis les pieds autrement que devant un journal télévisé. Je pourrais en parler, et aisément, sauf que parler, ça n'est pas agir.

"...Il n'existe que des fleuves de rage
dans l'horrible puanteur..."

Bien sûr que non, vous voyez ce que vous voulez bien voir...dans ce qu'on appellerait, ici, "la précarité", à Paris et à Yaoundé, j'ai connu des gens vivants, qui en savaient plus sur la vie que n'importe quel poète-penseur-imposteur.

Ca vous donne un genre...

"Je suis de ces poètes
Qui voudraient avancer la poitrine nue offerte
Aux balles des fusils tenus par les snipers"...c'est ridicule et stupide, et hautain, et arrogant...et non seulement vous minimisez le calvaire des gens qui le vivent mais avec ça, vous vous arrogez le droit de parler à leurs places...et bien soit, vous voulez de la mort, vous voulez être un martyr et bien, prenez votre courage,
votre carnet, votre stylo, et allez-y, ce ne sont pas les destinations qui manquent.

Je ne vous salue pas.


Revenir en haut Aller en bas
 
La peste
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Projet 14: Les marines de la peste
» Kié la petite peste
» Entre la peste ou le choléra, QUE CHOISIR ?!
» Prêtre de la Peste sur Grand Rat Pesteux
» 1636 Anno dei hominis cruenta peste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
vers à citer :: Vers et Prose :: Poèmes de forme libre, classique ou néo-classique-
Sauter vers: