vers à citer



 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 A ton nom

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pluie



Nombre de messages : 105
Age : 41
Date d'inscription : 12/02/2012

MessageSujet: A ton nom   Dim 18 Mar - 22:28



1

Mon amour,
mon pain,
graine de sésame
et mon eau d’arnica,
mon cadeau de tilleuls
en rubans d’awara,
souveraine de l’almandin
affaiteuse et oiselière,
et musicienne des murmures,
dentellière des soupirs
qui me soufflent l’aigue-marine
comme invitant la mer
à m’inonder en l’intime,
ma petite reine de l’ambre,
fée des pluies, et du fleuve,
enchanteresse de l’althæa
coiffée de la fleur du prunier,
ma liqueur d’or pur,
mon drap de satins au fil des péridots,
mon feu et ma flamme,
ma chanteuse au récital des mandarins,
des moineaux,
des bataras,
demoiselle infusant les agrumes,
perles des vergers,
qui de leurs chairs à leurs sirops
ne fredonnent que toi,
et ton luth de citronnelles,
d’amandes fines,
limonades de marjolaines
et de menthes,
ma braise de bois rose et d’amourette,
mon onctueux pastel de pyssanka,
ma luciole aux ailes de sel.

De drôles de papier,
de petites cartes,
portent en quelques lettres
ce qui se voudrait être ton nom,
quelle chose étrange !

L’alphabet, ma belle,
et incandescente tendresse,
et bien qu’il vanille,
anise,
capucine dès lors qu’il dessine
les runes de ton baptême,
est une goutte bien pauvrette
pour seulement épurer un arc de ton diadème.

Il est souvent que tu te cites simple,
ordinaire,
élémentaire brindille dans la forêt des écorces,
toi,
qui m’apprends le cœur des arbres,
le chant des vents,
le tout galop des sèves,
la comptine du passereau dans la flore qui nouvelle.

Et certes,
tu n’es que toi ;
une amplitude d’univers,
une étoile descendue,
une sirène ayant pris jambes,
un carrousel de folles écumes,
la rosée neuve,
la voix du monde et le monde,
c’est toi.

Je n’ai qu’une voix d’homme,
et le cœur ample,
pour t’appeler, Belle,
et c’est pourquoi l’automne,
dans sa langue rouge,
l’océan,
dans sa langue bleue,
l’herbe,
dans sa langue verte,
me concèdent un peu de faveur
pour qu’en eux,
amour,
je puise l’encre de tes noms véritables.

2

Coquelicot,
étincelle,
syllabes de l’opale,
perle marine,
passerine,
magnificat d’amarantes,
citadelle de porcelaines,
et nids d’araguiras,
hirondelles et coracines,
fleur,
fleur en superbe,
fleur de feux
aux baisers de pétales,
abeille au vol d’arabica,
élixir de joies,
violon de nacre,
vin d’or,
pluies nouvelles,
et drageons d’olivines,
béryls,
améthystes,
et vent de lotus,
sable de framboises ;
ces chants de tes visages,
ma belle, et succulente,
diaprent l’an nouveau qui se lève.

Lui,
avec son large sourire,
et malgré la parure de bravos,
de vivats,
émit de la foule,
ornements dont il se farde,
qu’il se targue hautain de mériter,
qu’est-il si ce n’est un infime rai de bougie
sur ton ongle, ma délicieuse,
le flanc d’un de tes doigts,
herbier de la magie la plus pure.

Que sont l’heure, le jour, l’an,
ma belle,
pour toi,
s’ils se tiennent,
avec toi,
dans la balance du temps,
toi,
qui contiens les siècles
dans une épure de ta paupière,
dans une libellule de ton geste,
ton geste de tomates,
de plantains,
de corossols en huile,
dans un seul pistil de ta voix,
brise de faïence
au jaillir de ta gorge faconde des roses,
violettes,
et délicates nuances de l’ipomée ?

Tu es, Amour, l’éphéméride,
la saison,
l’instant, la teinte du ciel,
la robe des alizés,
le matin et le soir.

Tous les règnes
ruissèlent sur ta joue.

Tu es toute la beauté,
ma demoiselle,
la beauté qui est
et la beauté à venir,
et plus grande,
plus vaste,
encore,
pour moi.

Tu es l’étoile,
et l’astre,
la flore,
de cette vie, Belle,
la mienne.

Une multitude d’ans
qui s’irisent,
et brillent,
flamboient de ta magnificence,
ta toute vénusté,
la joaillerie de ta présence au monde.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A ton nom   Ven 23 Mar - 20:59

Je n'aime pas les poèmes sans commentaire, alors cela n'a été que raison supplémentaire de le lire. Et bien m'en a pris, même si je me suis laissé perdre au labyrinthe de toutes le sensations de ces vers livrés à la manière d'une longue liste de courses qui n'en est pas moins hommage à l'Autre.
Il me plait à lire qu'il y a autant de "poésie" que d'auteurs; chacun est fleur parmi les fleurs, épice parmi les épices, livrant ses odeurs, sa verve graphique au tableau noir de ce forum.
Merci
Revenir en haut Aller en bas
 
A ton nom
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
vers à citer :: Vers et Prose :: Poèmes de forme libre, classique ou néo-classique-
Sauter vers: